Freilichtspiele Zermatt

THE MATTERHORN STORY

Le spèctacle

 La pièce

Le 12 juillet 1865, l’Anglais Edward Whymper se rend à Zermatt. L’homme est en colère: il souhaitait, pour la huitième fois, tenter de conquérir le Mont Cervin avec son ami et guide de montagne italien Jean-Antoine Carell, mais ce dernier est parti sans lui au milieu de la nuit. Whymper veut se venger et pour cela, il lui faut une cordée! A Zermatt, il rejoint une cordée qui se compose du guide de montagne Michel Crox, de l’alpiniste Lord Francis Douglas, du Révérend Charles Hudson et de son protégé Robert Hadow. L’équipe a pu rallier à elle pour seuls guides autochtones les Taugwalder père et fils.

Si l’ascension est un succès, seuls trois des sept hommes qui constituaient la cordée en reviennent vivants le lendemain matin: Edward Whymper, Peter Taugwalder, qui est grièvement blessé, et le fils de ce dernier. Trois corps seront retrouvés par la suite. Le jeune Lord Francis Douglas est jusqu’à ce jour porté disparu.

C’est le début des calomnies, des hypothèses et des accusations. On dit même que Taugwalder père aurait coupé la corde. La réputation de Whymper n’est pas entachée, tandis que la version de Taugwalder se perd dans le tumulte. Whymper aurait selon lui coupé la corde 200 mètres avant l’arrivée, afin d’être le premier au sommet. C’est pourquoi les hommes n’auraient plus eu lors de la descente qu’une mince corde de réserve, qui se serait déchirée. Aucune condamnation ne sera prononcée, le dossier sera refermé et mis sous clé pendant 55 ans. Peter Taugwalder, modeste montagnard, ne put défendre son honneur contre le renommé Whymper. Effondré par les accusations, il émigra aux Etats-Unis.

Langues parlées dans la pièce: valaisan/allemand/anglais (descriptif écrit des scènes disponible en français, portugais, italien, japonais et coréen)

La musique

Les scènes sont accompagnées par Bruno Bieri, sa voix et ses deux instruments, le hang et le cor des Alpes. Il soutient la dramaturgie avec les huit sonorités de son hang. La gamme constitue le point de départ d’une aventure musicale. Lionius Treikauskas compositions amènent de la couleur dans le spectacle en plein air. Son quintette et les cinq violoncellistes proposent quelques nuances sonores apaisantes. La tonalité en ré mineur parcourt comme un bourdon la topographie de l’être humain.

Les compositions de Treikauskas ont été adaptées à la représentation. Elle reflètent et interprètent l’histoire à travers des instruments de musique.

La première ascension du Cervin en 1865 est marquée par la réunion de deux cultures dans l’Europe florissante du 19e siècle. Les aventuriers londoniens rencontrent les montagnards de Zermatt. La musique veut faire entendre cette réunion. Les quelques sons du hang se combinent aux compositions classiques pour le quintette à cordes et les cinq violoncelles. Cette rencontre crée une harmonie qui ouvre de nouvelles voies. Avec l’association du valaisan et de l’anglais britannique dans la pièce, on assiste à une rencontre au sommet entre cultures linguistiques et musicales.

Composition: Lionius Treikauskas

Livemusique: Bruno Bieri

Genèse de la pièce

La première ascension du Cervin et la catastrophe qui l’a suivie ont fait l’objet de nombreux films et ouvrages littéraires. Pourtant, aucune œuvre artistique ne s’est jamais autant consacrée au contexte profond de cet événement. Comment un groupe de sept alpinistes si expérimentés a pu avoir un tel accident?

La pièce présente la vie de l’époque dans toute son ampleur en confrontant les alpinistes anglais, éduqués et de haut rang, aux paysans de montagne zermattois, pauvres et superstitieux. Sans oublier Ruden, le curé du village, qui ne veut pas que les hommes adorent la montagne – considérée comme une idole – plus que la maison de Dieu.

«The Matterhorn Story», pièce de l’auteure et metteuse en scène bernoise Livia Anne Richard, est divertissante, captivante, touchante – tout en allant au fond des choses. Elle démasque, analyse et interprète dans le cadre et dans l’optique de la liberté artistique.

Le résultat est œuvre mêlant les grandes thématiques de l’humanité: l’amour, la mort, la rivalité, l’amitié, la mégalomanie et la foi.

 

Info


  • Première


    9. juillet 2015


  • Dernière


    30. août 2015


  • Spectateurs


    23'500


  • Auteure et directrice


    Livia Anne Richard


  • Musique


    Bruno Bieri

Commentaires de presse

Berner Zeitung

«The play is as brusque as the mountains: 'The Matterhorn Story' on the Riffelberg in Zermatt is an impressive theatre and natural experience.»

Süddeutsche Zeitung

«A mountain destined for the really big drama.»

 

Tagesanzeiger

«The open-air theatre 'The Matterhorn Story' is way better than its title.»

 

Schweizer Illustierte

«A play like real life.»

News.ch

«Open-air theatre rehabilitates Valais mountain guides.»

 

Radio Rottu

«Goose bumps, tears, pure emotions...»

 

SRF

«'The Matterhorn Story' – a play gets under one's skin.»

 

Walliser Bote

«Theatre – almost like heaven.»

THE MATTERHORN STORY
THE MATTERHORN STORY
THE MATTERHORN STORY
THE MATTERHORN STORY
THE MATTERHORN STORY